COMPTER

CE1

COMPTER

Le verbe COMPTER et son dérivé nominal COMPTE ont une riche polysémie et sont le point de départ de nombreuses locutions figurées qui ouvrent des perspectives sur l’importance de l’ARGENT dans la société mais ne sont pas du niveau d’enfants de sept ans. Nous leur consacrerons ultérieurement un développement à l’usage d’apprenants plus âgés.

 

N’oublions pas que nous ne faisons pas une leçon d’ARITHMÉTIQUE mais une leçon de français.

 

Il est important de bien distinguer les noms NOMBRE (objet abstrait) CHIFFRE (caractère d’écriture du nombre), et NUMÉRO (chiffre utilisé comme élément de classement). Il peut être utile d’avoir un cahier dont les pages sont NUMÉROTÉES. Comment faire ? On inscrit le chiffre 1 en haut de la PREMIÈRE page, au recto. On la tourne, et on inscrit le chiffre 2 sur le verso, et on continue de même jusqu’à la DERNIÈRE. Pourquoi appelle-t-on ces chiffres des numéros ? parce qu’ils servent à distinguer des objets tous pareils qui se suivent. Et vous remarquerez que les numéros PAIRS sont toujours au verso et les numéros IMPAIRS au recto. Un numéro ou chiffre pair est la façon d’écrire un nombre pair qu’on peut DIVISER par 2, ce qui n’est pas possible pour les nombres impairs . Y-a-t-il d’autres manières d’écrire les nombres que les chiffres usuels, dits chiffres arabes ? Oui, il y a les chiffres romains qui sont des combinaisons de lettres, et on peut aussi écrire les nombres en toutes lettres : un, deux, trois, au lieu de 1, 2, 3. Quand vous arrivez au bout du cahier vous pouvez dire quel est le nombre de ses pages qui est le DOUBLE de celui de ses feuilles : trente (ou 30 ). Mais il pourrait y en avoir davantage 31,32, etc… parce que la suite des nombres est infinie.

 

Donc tu as compté les pages de ton cahier, tu peux les ÉNUMÉRER mais tu ne les a pas CALCULÉES comme tu aurais été obligé de le faire si on t’avait posé un petit PROBLÈME du genre : COMBIEN faut-il de pages pour imprimer un livre de tant de caractères, moyennant tant de caractères par page ? Tu aurais été obligé de réfléchir pour RÉSOUDRE ce problème, pour en trouver la SOLUTION. La quelle des quatre OPÉRATIONS (ADDITION, SOUSTRACTION, MULTIPLICATION, DIVISION) aurait été nécessaire ?

 

Maintenant, mettons un signet à la p. 10 , et un autre à la page 20 pour apprendre l’usage du suffixe –aine : DIZAINE, VINGTAINE. IL sera utile de préciser que les œufs se vendent en général par DOUZAINES ou demi-douzaines (boites de 6 ou boites de 12 dans les supermarchés). Au fait, que signifie ce préfixe demiI- et l’adjectif demi ? qu’il s’agit de la MOITIÉ de quelque chose divisé en deux PARTIES ÉGALES. Peuvent-ils mettre leur signet sur la page qui est juste à la moitié du cahier, la page CENTRALE ? Et si je dis qu’il y a dans la cour une CENTAINE d’élèves, est-ce que je les ai comptés ? Y a-t-il BEAUCOUP d’élèves dans cette cour ? Un grand nombre ? sont-ils NOMBREUX ? On pourra peut-être faire quelques exercices de reformulation en passant de beaucoup à nombreux et à un grand nombre (ou de QUELQUES à peu nombreux et à un petit nombre).

 

À ceux qui maitrisent les quatre opérations, savent plus ou moins la TABLE de multiplication et font du calcul pour résoudre de petits problèmes, on pourrait faire employer le vocabulaire de ces opérations d’abord dans leur sens MATHÉMATIQUE puis dans des emplois plus généraux. Exemples : Garçon, vous apporterez l’addition ! - les succès ou les échecs s’additionnent, ça me réjouit ou ça commence à m’inquiéter - mon employé multiplie les initiatives – Il faut soustraire cet enfant à une mauvaise influence – Tous les politiques savent qu’il faut “diviser pour régner”.

 

 

pour aller plus loin

article Vocalire